How to identify border threats

Download audio (11 MB)

Audio Transcript

La version française suit

Michelle: Hello everyone, I'm Michelle Criger, Director of Education and Advocacy for the Canadian Society of Customs Brokers. Here with me today is Paul Porrior, Director General of the National Border Operations Centre from CBSA.

Thank you for tuning in to today’s discussion about commercial threat identification and how customs brokers can, and do, assist CBSA, in identifying some of those risks. And although we refer most often to brokers, this conversation applies to importers, carriers, exporters, and freight forwarders, and everyone else involved in the trade chain.

We’re going to discuss indicators of suspicious behavior based on experience, and indicators that the CBSA would like us to be on the lookout for.  And we’ll also learn how to report suspicious activity to the CBSA.

Paul: Thank you, Michelle. The brokerage community is in a unique position to support the CBSA’s goal of keeping Canada and Canadians safe, and I really value this opportunity to reach out to them with the CSCB.  You, as brokers, are part of Canada’s first line of defence and play a key role in helping the CBSA keep our communities safe.  

Commerce is a dynamic and fast moving business, and both the customs brokerage community and the CBSA have a vested interest in speeding up the movement of legitimate imports and exports across the border, leading to a safer, faster, resilient, and more economically competitive international trade process.

The CBSA also has the challenging responsibility of identifying high risk people and goods at the earliest point in the trade continuum and ensuring that we  stop threats before they reach our borders.   

Michelle:  Paul, what does the threat environment look like from the CBSA’s perspective?

Paul: Transnational organized crime groups smuggle contraband goods, such as fentanyl and firearms, for criminal profit, directly impacting the safety and security of our communities.  The threat of internal conspiracies is real within the travel and trade chain, and facilitates criminal activities. 

Threats can be present anywhere both before a shipment has left  Canada or after it has arrives here,  for example in offices; loading docks; warehouses; manufacturers’ and importers’ facilities; at the border; in airports, marine ports, and mail processing centres.

The CBSA is vigilant of new and emerging trends, and is continuously seeking out new methodologies to counteract them while improving the free flow of people and goods.

The CBSA is committed to strengthening partnerships with various law enforcement partners and stakeholders to collaboratively enhance the safety and security of Canadians.  As I mentioned, customs brokers can play a big part in assisting the CBSA in identifying these threats.  The opportunity that we have to partner together can make a huge and real difference.

Michelle: How can we make a difference, Paul? How can customs brokers do to help?

Paul: Your community is already an active partner, Michelle, and the CBSA looks forward to strengthening an already great relationship. How about we start with you sharing some of the indicators customs brokers have already encountered so that others can learn from them? Then, I will give you other indicators of suspicious behaviour the CBSA would also be interested in hearing about.

Michelle:  Sure Paul, I have several examples.

In the first case, one of our members received a manifest for a client for a commodity that they normally do not import. When the broker asked the client for a commercial invoice, they stated they did not have one because the shipment wasn't for them. The broker then asked the client to check to make sure no one in their organization had ordered these goods. Once the client confirmed that no one had, the broker advised the CBSA of this suspicious activity. And prior to any Partners in Protection, or PIP, training, the broker’s staff would probably have simply returned the manifest to the steamship line, stating that the goods were not for their client.

Here’s another example. One of our members had a client who was very anxious about an expected shipment of vegetable tubers. The client called several times to make sure everything was in order so that the goods could be released immediately after their arrival. This was not normal behavior and the broker advised CBSA.

Let me give you more indicators of suspicious behavior that’s been brought to our attention:

  • An unknown or first- time importer asks at the last minute to have goods cleared on a one-time basis and requests that this be rushed through, although the goods had already been in transit for quite some time.
  • In another case, the credit card name or address is different from that of the importer.
  • What if the commodity description doesn't  make sense? For example, we saw a shipment of glass table legs that turned out to be drug pipes. Glass table legs just didn’t seem right.
  • Very large imported goods, such as commercial equipment, being delivered to a residential address, even to an apartment.
  • Goods that have transacted through many parties, for no apparent reason.
  • Importers that want, or try, to pay in cash
  • Last minute change of delivery address to an unknown consignee, either upon arrival of the goods or after their release.
  • A consignee address that’s  a self-storage facility.
  • A new importer with no office or permanent location who conducts business solely on their cell phone.
  • A non-resident importer with unusual requests for either billing or payment, or both.
  • Split deliveries going to multiple unknown addresses, or a client that wants to pick up their own goods from a warehouse.
  • An importer or corporate name that doesn’t seem to match the goods that are being imported. For example, a textile company importing  car parts, or a computer hardware company importing chemicals. Keep in mind that there are legitimate exceptions to this indicator, such as owners of companies purchasing goods for their own use and this has to be looked into.
  • You should also be on the lookout for unusual packaging, such as carpets that are shipped in boxes rather than rolls.

Paul:  Thanks Michelle, these are all great indicators!  I want to emphasize that anyone along the trade chain continuum is positioned to identify these threats: clients who are purchasing or selling goods; customs brokers who see paperwork for imported goods; freight forwarders who arrange for the transportation of goods; vendors who can be aware of those unusual purchases, such as an importer of food importing large quantities of a controlled substance; and carriers who may be contracted to carry unusual or suspicious cargo.

In addition to what I’ve already mentioned, your members can also keep an eye out for the following:

  • Do industry rumours exist about illegal activity involving particular commercial land carriers, aircraft, vessels or their personnel?
  • Is the nature of the consignee’s business inconsistent with the goods described on the manifest?
  • Are goods being redirected at the last minute?
  • Are there a number of consignments from one consignor to a number of different consignees?
  • Misleading, incorrect or incomplete information
  • Difficulty in communicating with a person responsible
  • Unusual enquiries made to you regarding CBSA’s requirements or our level of interest.

Michelle: This is all great information, Paul!  Now that we’ve shared what kind of information CBSA is interested in receiving from brokerage community, I’m wondering what you do with it?  And how do we get this information to the CBSA?

Paul: The CBSA is always interested in receiving information that your members feel is suspicious, or just doesn’t seem right.

The trade chain process is one that has many touch points; something that may appear suspicious in nature may not become obvious until several touch points later in the process. The information that you provide today may  be useful down the road.

This information may become an important piece of an overall picture developed and enhanced by  our intelligence process, leading to the identification of a case or a trend.

Trade intelligence leverages industry knowledge and expertise to enhance the effectiveness of enforcement actions. Representatives from the private sector can work with the CBSA to identify issues of mutual interest and to provide the CBSA with targeting, enforcement, and intelligence information.

The CBSA can apply this intelligence to existing targeting and enforcement practices to better identify and focus enforcement resources on high-risk shipments.

Information and intelligence allow the CBSA to better utilize targeting capabilities, and respond to risks on an informed basis to facilitate the flow of low-risk, legitimate trade.

We have three principal ways for the industry, including customs brokers, to inform the CBSA of suspicious activity within the trade chain:

The Border Watch Line, at 1-888-502-9060, that’s 1-888-502-9060. It’s a toll-free, anonymous tip line that permits anyone to report suspicious activity.  

There’s also the Partners in Protection, or PIP, a cooperative program between private industry and the CBSA aimed at enhancing border and trade chain security. For more information about PIP, you may consult the CBSA website under the "Importing and Exporting” tab and select “Facilitating trade”.

And, of course, you should not hesitate at any moment to contact your local CBSA office directly. You’ll find the Directory of CBSA Offices and Services on our national website.

Remember, when you encounter suspicious behavior, report it.  You know your business best!  Be confident in the knowledge that you have of your environment, and report activities that just don’t seem right to you.  By saying nothing, we are condoning these activities and we  could jeopardize the safety of our families, our fellow citizens and our country.

Michelle: Thank you, Paul.  Links to the CBSA’s website and the toll free number for the Border Watch Line are available on our  website as well, and are also included in the narrative of this discussion.     

Paul: Thank you, Michelle.  In closing, I’d just like to say thank you again for the opportunity to be here so that we could reach out to your membership together.  

The brokerage community is an important partner to us, and is part of our front line defense. You are experts in your field, and are in a unique position to help keep us informed of suspicious activity that you encounter within the trade chain. 

I thank you for your efforts to date, and look forward to continuing to work together and sharing the results of this very valuable initiative.  

Michelle: Thank you Paul.


Transcription audio

Michelle : Bonjour à tous, je suis Michelle Criger, directrice de l’éducation et de la sensibilisation pour la Société canadienne des courtiers en douane. Je suis en compagnie de Paul Porrior, directeur général du Centre national des opérations frontalières de l’ASFC.

Je vous remercie d’être à l’écoute aujourd’hui de la discussion sur l’identification des menaces liées au commerce et la façon dont les courtiers en douane peuvent aider l’ASFC à cerner quelques-unes de ces menaces. Bien que, la plupart du temps, nous fassions référence aux courtiers, cette conversation concerne les importateurs, les transporteurs, les exportateurs et les agents d’expédition ainsi que toute autre personne participant à la chaîne commerciale.

Nous allons parler des indicateurs de comportements suspects fondés sur l’expérience et des indicateurs que l’ASFC aimerait que nous surveillions. Nous verrons également comment signaler les activités suspectes à l’ASFC.

Paul : Je vous remercie, Michelle. Le milieu du courtage est très bien placé pour appuyer l’objectif de l’ASFC, lequel consiste à assurer la sécurité du Canada et des Canadiens, et je suis très reconnaissant d’avoir la possibilité de sensibiliser les membres de ce milieu, grâce à la SCCD. En tant que courtiers, vous faites partie de la première ligne de défense du Canada et jouez un rôle clé pour ce qui est d’aider l’ASFC à assurer la sécurité de nos collectivités.

Le commerce est une activité dynamique qui évolue rapidement, et le milieu du courtage en douane ainsi que l’ASFC ont tout intérêt à accélérer le mouvement des importations et des exportations légitimes à la frontière, ce qui mène à un processus commercial international plus sécuritaire, plus rapide, plus résilient et plus concurrentiel sur le plan économique.

L’ASFC a également la dure responsabilité de cerner les personnes et les marchandises à haut risque le plus tôt possible au cours du continuum du commerce et de s’assurer que nous mettions un terme aux menaces avant qu’elles atteignent nos frontières.

Michelle : Paul, quel est le contexte de menace, du point de vue de l’ASFC?

Paul : Les groupes transnationaux liés au crime organisé font passer des marchandises de contrebande, comme du fentanyl et des armes à feu, à des fins criminelles, ce qui a des répercussions directes sur la sûreté et la sécurité de nos collectivités. La menace de conspirations internes est réelle au sein de la chaîne des voyageurs et de la chaîne commerciale et elle facilite les activités criminelles.

Les menaces peuvent être présentes partout, tant avant qu’une expédition ait quitté le Canada qu’après son arrivée au pays, par exemple, dans les bureaux, les quais de chargement, les entrepôts, les installations de fabricants et d’importateurs, à la frontière; dans les aéroports, les ports maritimes et les centres de traitement du courrier.

L’ASFC est vigilante face aux tendances émergentes et elle cherche constamment de nouvelles méthodes pour les contrer, tout en améliorant la libre circulation des personnes et des marchandises.

L’ASFC s’engage à renforcer la collaboration avec divers partenaires et intervenants de l’exécution de la loi afin d’améliorer de concert la sûreté et la sécurité des Canadiens. Comme je l’ai mentionné, les courtiers en douane peuvent jouer un rôle considérable en aidant l’ASFC à cerner ces menaces. La possibilité que nous avons de nous unir dans le cadre d’un partenariat peut faire une énorme et réelle différence.

Michelle : Comment pouvons-nous faire une différence, Paul? De quelle façon les courtiers en douane peuvent-ils aider?

Paul : Votre collectivité est déjà un partenaire actif, Michelle, et l’ASFC se réjouit de renforcer une relation qui est déjà excellente. Que diriez-vous de commencer par nous faire part de certains des indicateurs que les courtiers en douane ont déjà observés afin que les autres puissent en tirer des leçons? Je vous donnerai ensuite d’autres indicateurs de comportement suspect que l’ASFC aimerait également connaître.

Michelle : Bien sûr, Paul, j’ai plusieurs exemples.

Dans le premier cas, un de nos membres a reçu un manifeste concernant un client par rapport à des marchandises qu’il n’importe pas en temps normal. Lorsque le courtier lui a demandé une facture commerciale, le client a mentionné qu’il n’en avait pas, car l’expédition n’était pas pour lui. Le courtier a alors demandé au client de s’assurer que personne de son organisation n’avait commandé ces marchandises. Une fois que le client a confirmé que ce n’était pas le cas, le courtier a avisé l’ASFC de l’activité suspecte. Avant la formation Partenaires en protection (PEP), le personnel du courtier aurait probablement tout simplement retourné le manifeste à la compagnie de navigation, en indiquant que les marchandises n’étaient pas pour son client.

Voici un autre exemple. Un de nos membres avait un client qui était très anxieux à propos d’une expédition prévue de tubercules. Le client a téléphoné plusieurs fois pour s’assurer que tout était en ordre afin que les marchandises puissent être dédouanées immédiatement à leur arrivée. Il ne s’agissait pas d’un comportement normal, et le courtier a avisé l’ASFC.

Laissez-moi vous énumérer d’autres indicateurs de comportement suspect qui ont été portés à notre attention :

  • Un importateur inconnu ou un importateur qui se présente pour la première fois demande à la dernière minute que ses marchandises soient dédouanées en une seule fois, et que cela se fasse très rapidement, même si les marchandises étaient déjà en transit depuis un bon moment.
  • Dans un autre cas, les nom et adresse de la carte de crédit étaient différents de ceux de l’importateur.
  • Que se passe-t-il si la description des marchandises n’a aucun sens? Par exemple, nous avons vu une expédition de pattes de table en verre qui se sont avérées être des pipes destinées à la consommation de drogues. Ces pattes de table en verre paraissaient tout simplement louches.
  • De très grosses marchandises importées, comme de l’équipement commercial, qui sont livrées à une adresse résidentielle, voire même à un appartement.
  • Les marchandises qui ont transigé par de nombreuses parties, sans raison apparente.
  • Des importateurs qui veulent payer comptant, ou tentent de le faire.
  • La modification à la dernière minute de l’adresse de livraison pour un destinataire inconnu, soit à l’arrivée des marchandises soit après leur mainlevée.
  • L’adresse du destinataire est celle d’une installation d’entreposage en libre-service.
  • Un nouvel importateur qui n’a pas de bureau ni d’emplacement permanent et qui mène ses activités uniquement au moyen de son téléphone cellulaire.
  • Un importateur non-résident qui présente des demandes inhabituelles relativement à la facturation ou au paiement, ou les deux.
  • Des livraisons fractionnées qui se rendent à de multiples adresses inconnues, ou un client qui veut ramasser ses propres marchandises dans un entrepôt.
  • Un importateur ou une dénomination sociale qui ne semble pas cohérent avec les marchandises qui sont importées. Par exemple, une entreprise de textile important des pièces d’automobile, ou une entreprise de matériel informatique important des produits chimiques. Il faut garder à l’esprit qu’il y a des exceptions légitimes à cet indicateur, comme des propriétaires d’entreprises qui achètent des marchandises pour leur utilisation personnelle; cela doit être examiné.
  • Vous devriez également être à l'affût des emballages inhabituels, comme des tapis qui sont envoyés dans des boîtes plutôt qu’en rouleaux.

Paul : Je vous remercie, Michelle. Ce sont tous de bons indicateurs! J’aimerais mettre l’accent sur le fait que tout le monde dans le continuum de la chaîne commerciale est bien placé pour cerner ces menaces : les clients qui achètent et vendent des marchandises; les courtiers en douane qui voient la paperasse liée aux marchandises importées; les agents d’expédition qui organisent le transport des marchandises; les fournisseurs qui peuvent être au courant de ces achats inhabituels, comme un importateur de nourriture qui importe de grandes quantités de substances contrôlées; et des transporteurs dont les services peuvent être retenus pour transporter un fret inhabituel ou suspect.

En plus de ce que j’ai déjà mentionné, vos membres peuvent également rester à l'affût des éléments suivants :

  • Y a-t-il des rumeurs concernant l’industrie au sujet d’une activité illégale mettant en cause des transporteurs terrestres, des aéronefs ou des navires commerciaux en particulier, ou leur personnel?
  • La nature des activités du destinataire est-elle incohérente avec les marchandises décrites sur le manifeste?
  • Les marchandises ont-elles été redirigées à la dernière minute?
  • Y a-t-il plusieurs expéditions provenant d’un expéditeur, qui sont adressées à un certain nombre de destinataires différents?
  • Des renseignements trompeurs, incorrects ou incomplets.
  • Une difficulté à communiquer avec une personne responsable.
  • Des demandes de renseignements inhabituelles vous étant adressées concernant les exigences de l’ASFC ou votre niveau d’intérêt.

Michelle : Merci Paul, ce sont tous des renseignements très utiles. Maintenant que nous avons indiqué quel genre de renseignement l’ASFC aimerait recevoir du milieu du courtage, je me demande ce que vous allez en faire. Aussi, comment achemine-t-on cette information à l’ASFC?

Paul : L’ASFC est toujours désireuse de recevoir des renseignements que vos membres croient suspects ou qui semblent tout simplement louches.
Le processus de la chaîne commerciale comprend de nombreux points de contact; ce qui peut sembler de nature suspecte peut n’être mis au jour que bien plus tard dans le processus. L’information que vous fournissez aujourd’hui peut être utile plus tard.

Cette information peut devenir une partie importante de la vue d’ensemble élaborée et améliorée par notre processus de renseignements et mener à la détermination d’un cas ou d’une tendance.

Les services du renseignement commercial tirent parti des connaissances et de l’expertise de l’industrie pour améliorer l’efficacité des mesures d’exécution de la loi. Des représentants du secteur privé peuvent collaborer avec l’ASFC pour cerner les questions d’intérêt mutuel et fournir à l’ASFC de l’information relative au ciblage, à l’exécution de la loi et au renseignement.

L’ASFC peut appliquer ces renseignements aux pratiques de ciblage et d’exécution de la loi en place afin de mieux cerner les expéditions à haut risque et de cibler les ressources en matière d’exécution de la loi sur ces expéditions.

L’information et le renseignement permettent à l’ASFC de mieux utiliser les capacités de ciblage et de réagir aux risques de façon éclairée afin de faciliter le flux du commerce à faible risque ou légitime.

L’industrie, y compris les courtiers en douane, peut informer l’ASFC des activités suspectes au sein de la chaîne commerciale principalement de trois façons :

La Ligne de surveillance frontalière, au 1‑888‑502‑9060; je répète : 1‑888‑502‑9060. Il s’agit d’une ligne de dénonciation sans frais, anonyme, qui permet à tout le monde de signaler une activité suspecte.

Il y a également Partenaires en protection, ou PEP, un programme de coopération entre le secteur privé et l’ASFC visant à renforcer la sécurité frontalière et la sécurité de la chaîne commerciale. Pour de plus amples renseignements au sujet des PEP, vous pouvez consulter le site Web de l’ASFC sous l’onglet « Importation et exportation » et sélectionner « Faciliter le commerce ».

Bien entendu, vous ne devriez pas hésiter à communiquer directement avec votre bureau local de l’ASFC, à tout moment. Vous trouverez sur notre site Web national le Répertoire des bureaux et services de l’ASFC.

N’oubliez pas : lorsque vous observez un comportement suspect, signalez-le. C’est vous qui êtes le mieux placé! Faites confiance à vos connaissances concernant votre environnement et signalez les activités qui vous semblent tout simplement louches. En ne disant rien, nous fermons les yeux sur ces activités et nous pourrions compromettre la sûreté de nos familles, de nos concitoyens et de notre pays.

Michelle : Merci, Paul. Les liens vers le site Web de l’ASFC et le numéro sans frais de la Ligne de surveillance frontalière se trouvent sur notre site Web également et sont aussi compris dans le texte de cette discussion.

Paul : Merci, Michelle. En conclusion, je souhaiterais seulement vous remercier une fois de plus de m’avoir donné l’occasion d’être ici afin que nous puissions sensibiliser vos membres ensemble.

Le milieu du courtage est pour nous un partenaire important, et il fait partie intégrante de notre défense de première ligne. Vous êtes des experts dans votre domaine et êtes les mieux placés pour nous aider à rester informés des activités suspectes que vous rencontrez dans la chaîne commerciale.

Je vous remercie des efforts que vous avez déployés jusqu’à maintenant et je me réjouis de poursuivre notre collaboration et de communiquer les résultats de cette initiative très précieuse.

Michelle : Je vous remercie, Paul.